Sublime ville qu’est la ville océane. Son dynamisme et sa beauté sont mises en valeur par les différents marchés qu’elle compte. Les marchés les plus populaires de Pointe-Noire tel est notre sujet du jour.

Deuxième ville du Congo, capitale économique et ville océanique. Pointe-Noire et son million d’habitants compte neuf (9) arrondissements. Logiquement chaque arrondissement à son marché. Les plus grands et les plus populaires ont su se démarquer.

Le marché Tié-tié, un groupe de tables improvisées tous les lundis et vendredis de la semaine. Vendant des nouveaux ballons de friperie non loin du marché alimentaire, comme pour réclamer une place dans un marché où les vendeurs de vêtements sont mis de côté.

Autrefois, un marché côté au point d’occuper l’avenue principal de l’indépendance. Des tables le long d’un petit segment de goudron,du commissariat jusqu’au carrefour de l’ex foyer de Tié-tié. Aujourd’hui la mairie à repris ses droits sur ce marché, du moins pour éviter l’euphorie d’antan. Avec la création des marchés comme le fond de Tié-Tié ou encore le marché Tchystère au Mont Kamba.

Pour la petite histoire, Mont Kamba est une petite montagne située à la sortie de la ville. Longtemps connu pour avoir abrité le cimetière municipal de la ville. Aujourd’hui fermé, il a vu progressivement les commerçants occupés le voisinage. Tout s’explique du fait que les villes chez nous évoluent formellement de façon horizontale.

Entre la route nationale (RN1) et l’avenue Tchystère, le Carrefour est idéal pour un marché. Il a suffi d’une table pour que ça devienne viral. On peut ainsi voir, les tables collées à la clôture du cimetière. C’est le second marché le moins cher de la ville. Le répertoire des articles à vendre est assez fournis.

Le grand marché de Pointe Noire

Mais le marché central, plus connu sur le nom de « Grand marché », est le plus grand espace où grossistes et détaillants s’entremêlent pour ravitailler tout le monde. C’est un marché spécial pour son ambiance cosmopolite. On y trouve Chinois, Indiens, ouest Africains (waras:[ouara ]) et bien d’autres. Aujourd’hui en reconstruction, seules les boutiques restent opérationnelles. Aux alentours du chantier ne vous étonnez pas de voir les commerçants étalés à même le sol ou les ambulants vous courtiser.

Le meilleur pour la fin, c’est le marché du fond de Tié-Tié. Il alimente les grands quartiers comme Mpaka, Nvounvou, Loussala et bien d’autres. Situé sur l’avenue de la Liberté, le marché s’étend désormais sur tout le Carrefour. De l’église catholique Saint Jean Bosco jusqu’au-delà de la voie ferroviaire du CFCO (Chemin de Fer Congo Océan). Si bien que l’avenue de la liberté qui mène vers les quartiers Nvoungou ou encore BIssongo est illicitement occupée par les commerçants, dès l’entrée du carrefour, à ce jour.

C’est un monde à part, tant par l’audace dont les entreprenants font preuves. Nombreux dont eux non pas de places pour étaler. On les appelle communément « bana payépayé ». Très courageux, ils défient au quotidien la police pour leur gagne-pain. Un marathon entre chat et souris avec les articles en mains. Mais ce qui rend ce marché plus célèbre, ce sont ses prix soldes presque éternel. La qualité ne compte pas, bien que valeur reste telle. C’est un vrai champ de trésor ouvert à toutes les bourses.

Si vous visitez Pointe-Noire un jour, n’oubliez pas de visiter nos marchés.

Auteur