Read the English version

Les Congolais ont une façon très particulière de faire les choses. On aurait dit que ça relève de l’imagination. Découvrez avec nous ces endroits qui vous vous bluffer et entrer dans le rythme bruyant et retentissant des capitales congolaises : bar, bistro, n’ganda, ces endroits au sein desquels, nous partageons les petits plaisirs de la vie.

Ces lieux de loisirs réconcilient les différentes générations de notre société et marquent en quelque sorte ses évolutions avec une touche tradi-moderne. Pas de panique, nous allons vous aider à une différenciation de ces établissements qui ne cessent de se multiplier au fil des jours dans les deux grandes villes particulièrement, Brazzaville et Pointe-Noire, mais aussi dans d’autres villes du pays.

Devant les comptoirs des bistros 

Un bistro est un petit restaurant ou café qui peut offrir boissons et repas. Généralement il s’agit d’un lieu simple et sans prétention.

Vous en trouverez pas mal au Congo. Entre certains qui préfèrent la discrétion et d’autres qui raffolent le cadre, ce sont des espaces de belles ambiances pour passer du temps avec des amis ou en famille. En semaine ou en week-end pas très surprenant de trouver les jeunes devant les comptoirs des bistros.

Quel est pour vous le meilleur bistro de Brazza ou de Pointe-Noire ?

Les bars, ambiance très festive et forte sonorisation

En principe, les bars ne sont pas loin du décor des bistros. Il s’agit des débits de boissons à consommer sur place. Par contre au Congo, ce qu’on appelle bar ici, ce sont des parcelles spécialement aménagées. Avec une musique forte à vous casser les tampons et un rythme qui vous fait vibrer.

On sait tous déjà plaint des nuisances sonores des bars dans les deux villes du pays. Selon les services municipaux, il y aurait près de 350 bars, officiellement déclarés à Brazza. Sur toutes les avenues pratiquement, vous trouverez un bar. On a appris les paroles de « Mabélé » de Franko depuis notre salon, on a certainement déjà dansé du coupé-décalé de Dj Lewis ou Dj TV5 sous la douche, tellement le rythme vous accompagne partout. Les bars dans nos quartiers nous cassent les oreilles, mais on aime tout de même.

Les bars servent aussi de lieux de réception. Entre les célébrations d’anniversaire, les retraits de deuil ou des rencontres des mutuelles, qui sont des regroupements de femmes pour la grande majorité, fortement vulgarisées dans les villes.

Certains Bars sont connus pour leur durée dans le temps. Ainsi, dans certains quartiers historiques et multiculturels, ne soyez pas étonnés de découvrir certains n’ganda qui existent depuis plusieurs années, comme L’Espace Faignond ou le Couloir à Poto-Poto à Brazzaville, ou Sympathique à Mvoumvou, La veuve Djembo et Gaspard au grand marché à Pointe-Noire.

Les n’ganda, raccourci typiquement congolais

Les n'ganda, raccourci typiquement congolais

Le Congo est aussi connu pour ses n’ganda bar/restaurant, proposant souvent des plats typiquement congolais. Les n’ganda ne sont pas très loin des bars, et se moquent du modèle. N’ganda est un mot kikongoune langue parlées dans plusieurs pays d’Afrique centrale, qui en français signifie « dehors », « ouvert ». Cette expression fait aussi allusion au mot Espace. C’est donc un espace ouvert, aéré souvent convivial. Accessible et imprévisible, chaque n’ganda présente ses particularités. Toutefois, le trait commun de ces n’ganda, c’est qu’ils sont le quartier général des promotions des brasseries. 3 bières à 1000 soit 2 dollars au lieu de 1500 soit  3 dollars.

Souvent non déclarés, les n’ganda sont des lieux de défoulement très populaires. De ce fait, ils font figure sociale, devenant des lieux de rencontres, d’échange et de retrouvailles : demandez aux Ewawa ! Il s’agit des équipes de football de quartier, des anciens joueurs de grandes équipes nationales de football, ou juste de sportifs après avoir brulés des calories vont en prendre encore plus au n’ganda. Le week-end il n’est donc pas surprenant de voir des regroupements de jeunes autour d’une table, partageons une bière tout en dégustant un bon bouillon ou le n’gulu de maman Béa, qui tient meilleur coin du dimanche à Diata, un des quartiers du centre de Brazza. Tout en décortiquant l’actualité sportive ou politique du moment.

« Il faut croire aussi que c’est le liquide qui intéresse, le décor importe peu », lançait chaudement un très bon client des n’ganda.

Alerte ! Il reste tout à fait possible de développer une obsession face à ces endroits. Faites attention à vous ! Vu leur nombre important, vous aurez largement le choix.

Il faudrait toutefois noter que le confinement a fauché la majorité de ces endroits de loisirs qui sont restés fermés depuis plusieurs mois. Vivement la réouverture de ces établissements !

Et si un jour, vous venez au Congo, ces endroits sont à découvrir absolument. Téléchargez Niochi, votre guide de voyage et surtout faites comme chez vous !

English version

Auteurs